Ecrire ses voeux de mariage

La Réception, Une
12 janvier 2011 - Aucun commentaire

Ecrire ses voeux de mariageCe soir, on s’attèle à la rédaction de nos voeux de mariage avec Lulu, mais ça n’est vraiment pas facile d’écrire l’Amour !

Les meilleurs écrivains s’y frottent souvent, et pas toujours avec succès…

Bref, pour nous cela devient urgent, le prêtre qui nous marie nous les réclame église » href= »http://blog.lily-liste.com/870-les-fiches-de-lily-le-mariage-a-leglise »>pour notre « dossier de mariage ». Eh oui, ces textes seront consignés dans notre dossier et archivés certainement au Vatican ;-)

Mais finalement, c’est plutôt intéressant à faire, car nous allons écrire avec nos mots toutes les promesses que nous nous ferons le jour J. Je pense même que nous allons les lire à l’église pour personnaliser encore plus la cérémonie.

Voilà quelques conseils que j’ai trouvé pour nous aider dans la rédaction de nos voeux de mariage :
– rester simple et écrire avec nos mots à nous
– décrire ce que représente l’engagement du mariage
– quelle est notre définition de l’amour, de la confiance, du mariage, de la famille, de la vie quotidienne avec l’autre ?
– décrire les objectifs, les envies pour sa vie de couple

Et pour l’inspiration, voilà un joli texte qui avait été lu au mariage d’une de mes amies :

Je connais des bateaux

Je connais des bateaux qui restent dans le port
De peur que les courants les entraînent trop fort,
Je connais des bateaux qui rouillent dans le port
A ne jamais risquer une voile au dehors.

Je connais des bateaux qui oublient de partir
Ils ont peur de la mer à force de vieillir,
Et les vagues, jamais, ne les ont séparés,
Leur voyage est fini avant de commencer.

Je connais des bateaux tellement enchaînés
Qu’ils en ont désappris comment se regarder,
Je connais des bateaux qui restent à clapoter
Pour être vraiment surs de ne pas se quitter.

Je connais des bateaux qui s’en vont deux par deux
Affronter le gros temps quand l’orage est sur eux,
Je connais des bateaux qui s’égratignent un peu
Sur les routes océanes où les mènent leurs jeux.

Je connais des bateaux qui n’ont jamais fini
De s’épouser encore chaque jour de leur vie,
Et qui ne craignent pas, parfois, de s’éloigner
L’un de l’autre un moment pour mieux se retrouver.

Je connais des bateaux qui reviennent au port
Labourés de partout mais plus graves et plus forts,
Je connais des bateaux étrangement pareils
Quand ils ont partagé des années de soleil.

Je connais des bateaux qui reviennent d’amour
Quand ils ont navigué jusqu’à leur dernier jour,
Sans jamais replier leurs ailes de géants
Parce qu’ils ont le coeur à taille d’océan.

Mannick

Commentaires Facebook

Laisser une réponse

Ajoutez votre commentaire ci-dessous, ou ajoutez un trackback de votre propre site. Vous pouvez également souscrire aux RSS de ces commentaires.